Historique du J 22

Peu avant le début de la seconde guerre mondiale, la Suède a commandé 120 P-35 et Vultee 48c Vanguard américains pour moderniser son armée de l’air. Toutefois, en octobre 1940, seulement 60 appareils ont été livrés et les commandes suivantes sont bloquées par l’embargo décrété par le gouvernement américain, qui réserve sa production d’avions à l’effort de guerre.

Développer un chasseur entièrement Suédois

La guerre mobilisant les principaux constructeurs d’avions dans le monde entier, la Suède s’est rapidement décidée à créer et produire son propre avion de chasse. Le seul avionneur suédois, Saab, produisait et développait déjà ses bombardiers. Le constructeur avait également un projet de chasseur sur la planche à dessin : le Saab J 21, mais celui-ci n’était programmé que pour entrer en service en 1945-46. Il fallait donc un autre avion de chasse pour moderniser la flotte suédoise très rapidement.

Le gouvernement suédois a donc lancé le développement d’un nouveau chasseur, mais sans inclure les employés et les usines de Saab déjà occupés à plein temps avec la production de leurs propres appareils. La société FFVS fut créée et Bo Lundberg fut désigné à la tête du projet. Il esquissa rapidement ses idées. Le futur avion serait un chasseur léger doté d’un design plutôt novateur. En effet, le J 22, avion à aile médiane, fut conçu avec une structure d’aile et de fuselage faite de tubes d’acier soudés, recouverte d’un assemblage de panneaux de contreplaqués moulés. Ces panneaux  font partie intégrante de la structure et reprennent une part non négligeable des efforts qu’elle subit.

Mobiliser le savoir-faire Suédois

500 sous-traitants à travers le pays ont été mis à contribution pour produire les différents éléments de l’appareil. De nouvelles techniques de soudures ont même du être développées pour respecter les tolérances strictes demandées pour la construction de la structure. L’armée de l’air suédoise a également décidé d’assembler les avions dans le nouvel hangar de maintenance d’ABA (aujourd’hui une branche de Scandinavian Airlines), sur l’aéroport de Bromma à Stockholm.

 

Produire le J 22

La production en elle-même était programmée pour débuter à la mi-1943, après avoir effectué les essais en vol de 2 prototypes. Le bureau d’étude, formé en 1941 manquait de personnel qualifié pour pouvoir respecté les délais. Toutefois, le 20 septembre 1942, le premier prototype faisait son vol inaugural à Bromma, avec le Major Olof Enderlein, chef du centre d’essai de l’armée de l’air, à ses commandes.

La production en série a finalement pu commencer, et en octobre 1943, le premier J 22 opérationnel fut livré au groupe F9 à Gothenburg. Jusqu’en 1945, 198 exemplaires furent produits et livrés à l’armée de l’air suédoise.

Trois variantes du J 22 ont été mises en production :

  • J 22A : Premier lot produit, équipé avec 2 mitrailleuses de 7.9mm de calibre et 2 autres de 13.2mm. 143 appareils furent produits dans cette configuration, et désignés par la suite J 22-1.
  • J 22B : Équipé de 4 mitrailleuses de 13.2mm de calibre. 55 exemplaires furent produits, et désignés par la suite J 22-2.
  • S 22 : 9 J 22A ont été modifiés et équipés pour la reconnaissance, en 1946. Ils ont été renommés en S 22-3 en 1945. Finalement, ils furent remis à leur standard de chasseur en 1947.

La carrière du J 22 pris fin en 1951, lorsque le dernier escadron qui en fut équipé, les échangea pour des appareils à réaction.

 

Performances

Le J 22 était très apprécié par ses pilotes notamment à cause de sa bonne réactivité. Les mécaniciens jugeaient également l’appareil très satisfaisant grâce à la facilité d’accès des différents équipements pour la maintenance. Lors de sa mise en service, l’avion fut le chasseur le plus rapide de l’armée de l’air suédoise. Sa puissance de feu et sa manœuvrabilité étaient quasiment à la hauteur des chasseurs contemporains.

L’avion était propulsé par un Pratt & Whitney Twin Wasp de 1065cv, qui à la fin de la guerre était considéré comme trop peu puissant à haute altitude, comparé aux récents moteurs produits aux USA, au Royaume-Uni ou en Allemagne.

Toutefois, du fait de la grande légèreté de sa construction, l’appareil était étonnamment performant à de faibles altitudes, avec un taux de roulis élevé et une manœuvrabilité remarquable. Dans un exercice de combat face à un P-51 Mustang, le J 22 avait un taux de montée initial, et un angle d’attaque supérieurs à ceux du P-51. En-dessous de 1 500 mètres, le Mustang en virage à plat était battu par le J 22 qui pouvait tourner à « l’intérieur » du virage de son adversaire, et réussissait à placer l’avion américain dans son collimateur…